Du jeudi 7 avril au dimanche 14 août 2016, le Musée des Arts Décoratifs célèbre les trente ans de sa collection de Mode avec faste et solennité par le biais d’une incroyable exposition intitulée : Fashion Forward - Trois siècles de mode (1715 - 2015). Au total, 300 pièces de mode féminine, masculine et enfantine.

À trente ans, « on se moque de l’air du temps. On est encore dans la jeunesse. À cheval sur les souvenirs. On a le temps de voir venir la vieillesse » comme le chante si bien Yves Duteil, qu’importe ! L’auguste institution de la Rue de Rivoli - premier arrondissement de Paris convie le public dans la Nef, libérée de ses vitrines de verre des galeries de la Mode, du 7 avril au 14 août 2016, à effectuer une remontée du temps phénoménale. Dans un décor en pierre sculptée, un spectaculaire sol en mosaïque orné de larges volutes florales ainsi que la beauté des volumes, autant d’éléments qui font de la Nef un lieu privilégié pour accueillir des expositions-événement.

Une collection exceptionnelle

Au total, 300 pièces de mode féminine, masculine et enfantine du XVIIIe siècle à nos jours, issus de son fonds, assemblées et regroupées pour dessiner une frise chronologique inédite, rappelant les moments-clés de l’histoire de la mode, de la toute fin du XVIIe siècle à la création la plus contemporaine. L’exposition se propose également de dessiner de manière vivante l’évolution de la mode selon ses créateurs, ses clientes, ses époques, car plus que jamais la mode aux Arts Décoratifs c’est aussi un domaine artistique qui sait trouver écho dans les autres domaines de collection du musée. Au-delà des techniques, des matières et du dessin, la mode est aussi une histoire du temps et des attitudes, le reflet d’un art de vivre.

Elle est plus passionnante encore quand elle ne parle pas qu’à elle-même, mais qu’elle dialogue avec les arts de son temps, à l’instar des figures majeures de l’histoire de la Couture, Charles-Frederick Worth, Jacques Doucet, Paul Poiret, Jeanne Lanvin, Madeleine Vionnet, Gabrielle Chanel, Christian Dior et Yves Saint Laurent. Ainsi, de manière inédite, Pamela Golbin, la commissaire générale de l’exposition a choisi de restituer chacun de ces « moments de mode » dans son contexte humain, artistique et social, non pas pesamment, mais par autant d’ellipses décoratives qui marquent les affinités électives que la mode entretient avec les arts du décor.

 

La robe à la française en taffetas de soie, vers 1760 - Collection UFAC. © Jean Tholance, Les Arts Décoratifs, Paris
La robe à la française en taffetas de soie, vers 1760 - Collection UFAC. © Jean Tholance, Les Arts Décoratifs, Paris
Comme des garçons, Robe - collection Prêt-à-porter, Printemps-Eté 2015. © Jean Tholance, Les Arts Décoratifs, Paris.
Comme des garçons, Robe - collection Prêt-à-porter, Printemps-Eté 2015. © Jean Tholance, Les Arts Décoratifs, Paris.
 

 

Une scénographie poétique

Parce que toute histoire de la Mode est aussi une histoire du corps et de l’allure, la direction artistique de l’exposition a été confiée au danseur et chorégraphe britannique Christopher Wheeldon, qui a compté parmi les étoiles du New York City Ballet avant de devenir l’auteur remarqué d’un Américain à Paris en 2014 d’après Vicente Minelli. Accompagné du scénographe Jérôme Kaplan, assisté d’Isabelle Vartan, le directeur artistique de l’exposition a su donner à la collection ainsi présentée pour la première fois une empreinte sensuelle et poétique, redonnant vie à ces œuvres insignes, faisant de chaque étape de l’exposition un monde en soi et une expérience sensible – chacun de ces moments donnant lieu à une collaboration inédite avec les danseurs de l’Opéra de Paris, la chorégraphie éclairant de sa grâce une silhouette, une posture et une attitude caractéristiques de cette évolution sociale et artistique du corps.

La mode aux Arts Décoratifs, c’est aujourd’hui plus de 150 000 œuvres, textiles et costumes anciens, pièces de haute couture, silhouettes emblématiques du prêt-à-porter, mais aussi accessoires, chapeaux et souliers, sans compter d’importants fonds de dessins et photographies, d’archives de créateurs de premier plan, Elsa Schiaparelli, Madeleine Vionnet ou Cristobal Balenciaga.