Jusqu’au 1er novembre, la Fondation Villa Datris - dans le Vaucluse, met en scène une centaine de sculptures contemporaines, constituées depuis cinq ans. L’occasion de découvrir cette collection étonnante.

 


Un lien puissant La sculpture transcrit son histoire à travers l’écriture ou la calligraphie dans la salle « Parler de la sculpture » avec cette œuvre en acier inoxydable et pierre nommée « Nest III » et signée Jaume Plensa, ou encore « La guerre ou la vie » de Ben. © ADAGP Photos Tim Perceval.

 

Créée par Danièle Kapel-Marcovici et Tristan Fourtine en 2010, puis inaugurée l’année suivante, la Fondation Villa Datris est un lieu d’échange, de rencontres et surtout de partage dédié exclusivement à la sculpture contemporaine. Elle est idéalement installée dans une grande demeure provençale datant de la fin XIXe à L’Isle-sur-la-Sorgue près d’Avignon (Vaucluse) et agrémentée d’un jardin en bord de Sorgue. Depuis le 6 mai dernier, s’y déroule une magnifique exposition sobrement intitulée « Sculpture en Partage ». Un choix de titre évident pour les fondateurs du lieu hôte, car expliquent-ils : « la sculpture pour nous, c’est cette extraordinaire approche tridimensionnelle, la surprise des regards multiples. Une approche qui est à la fois émotionnelle et physique, car la sculpture fait appel à tous les sens, comme le toucher avec certaines œuvres tactiles, ou l’ouïe avec les pièces sonores ».

 


Bel exercice de style : à travers un jeu énigmatique entre la lumière, les surfaces et les courbes, Thomas Lardeur présente en rez-de-jardin, son célèbre « Big bang » réalisé en 2010, fait d’acier inoxydable - collection Villa Datris - Photo Tim Perceval.

 

Au service de la sculpture

Sculpture en Partage est la sixième exposition d’envergure que présente la Fondation depuis sa création. Elle met en scène justement, jusqu’au 1er novembre 2016, une centaine d’œuvres des collections de l’établissement acquises ces cinq dernières années, portées par la scénographie ingénieuse de Laure Dezeuze et Jules Fourtine. Un émerveillement total, à tous les étages, avec de magnifiques dialogues inédits entre les différentes œuvres, des plus prévisibles aux plus inattendus. Ainsi l’exposition, dans un bel exercice de style présente un éventail de sculptures, toutes plus étonnantes les unes que les autres, dont 73 à l’intérieur de la Villa, et 25 dans le jardin, avec 3 focus dédiés aux trois artistes émergents invités.

 


Tout autour de la Villa, le public s’émerveillera devant des sculptures géantes comme celle d’Alfieri Gardone : « La Grande dévoreuse - Le Mangeur d’andouilles », réalisée en 1974. Elle est en fonte d’aluminium, collection Villa Datris - © Photo Catherine Gardone.

 

Des artistes venus du monde entier

Comme ses cinq devancières, l’exposition Sculpture en Partage présente un grand nombre d’artistes nationaux et internationaux sélectionnés selon les choix personnels des fondateurs et non pas uniquement en fonction des tendances du marché de l’art et s’articule autour d’artistes fondateurs ou influents, qui font l’ossature de la collection. Et comme à l’accoutumée, Danièle Kapel-Marcovici et Tristan Fourtine ont choisi de faire découvrir trois jeunes artistes. Et cette année, ce sont Alexis Hayère, Laurent Perbos et Caroline Tapernoux qui sont les heureux élus. Ils présenteront donc chacun plusieurs œuvres.

La démarche de l’exposition Sculpture en Partage est avant tout de proposer des regards croisés, de confronter et de mettre les œuvres en présence pour offrir une vision totalement neuve et inédite. Une exploration autour d’une dizaine de thèmes parmi lesquels les Nouveaux Réalismes, l’Art cinétique, l’Art optique, l’Art lumino-cinétique ou encore Variation autour du vide, la Couleur entre peinture et sculpture voire, la Psyché.